Langue
Société et politique

L’environnement dans les régions côtières

Le littoral norvégien, îles et fjords inclus, s’étend sur plus de 57 000 km. Environ 80 % de la population vit dans les régions côtières, dont les ressources spécifiques continuent à jouer un rôle prépondérant dans les schémas de répartition démographique et d’emploi, comme dans l’économie régionale et nationale. Les activités principales implantées dans ces zones sont la pêche, l’aquaculture, les transports maritimes, le tourisme et les activités de loisirs. Les régions côtières sont également importantes du point de vue de leur patrimoine culturel, qui représente un aspect important de l'histoire et de l'identité norvégiennes.

Une zone maritime six fois supérieure au territoire national
Les eaux territoriales régies par la Norvège représentent une surface six fois supérieure à celle du pays lui-même, d’où l’intérêt que porte la Norvège à la gestion des zones maritimes et à leurs ressources. La Norvège reçoit, plus qu’elle n’en émet elle-même, des matières polluantes en provenance d’autres pays, portées par les courants océaniques et les vents.

Un milieu marin menacé
Jusqu’à une époque récente, le fait que les courants océaniques puissent charrier jusqu’aux côtes norvégiennes des polluants venant de pays lointains, que des produits chimiques nocifs déversés en mer depuis d’autres continents puissent atteindre l’archipel du Svalbard, était largement méconnu. C’est au cours des dix dernières années que cette évidence s'est imposée : la pollution est une menace sérieuse, qui pèse non seulement sur les rivières, les lacs et les zones côtières, mais aussi sur le milieu de pleine mer.

L’exploitation économique du littoral
La Norvège régit des zones maritimes qui renferment des gisements importants de pétrole et de gaz. Depuis plusieurs décennies, l’industrie du pétrole est un élément capital de l’économie norvégienne. Le pétrole et le gaz resteront très importants dans l’avenir.

Les zones côtières et maritimes de Norvège comptent parmi les plus productives au monde en termes de ressources marines. Si le pétrole fait partie des richesses non renouvelables, les ressources issues du milieu marin pourront être exploitées sans limitation dans le temps, à condition que l’on sache les gérer dans une perspective à long terme. Ainsi le potentiel de développement industriel et commercial de l’aquaculture le long des côtes de Norvège reste-t-il important.

Les récifs coralliens
Il existe, tout du long du littoral norvégien, des récifs coralliens, le type de milieu marin le plus vulnérable qui soit. Ces récifs ont une importance majeure pour la pêche et la recherche, et représentent notamment une ressource pour la génétique marine.

Des études ont permis d'estimer que 30 à 50 % des récifs norvégiens avaient été endommagés ou détruits, probablement par les bateaux de pêche utilisant la technique de chalutage sur le fond. Au cours des dernières années, les autorités norvégiennes ont mis en oeuvre des mesures de protection des récifs coralliens. En juin 2003, les Ministres de l’Environnement et de la Pêche ont reçu le Prix de la Terre décerné par le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), pour le succès des efforts menés en vue de mettre un terme à la dégradation des récifs coralliens de Norvège.

Une gestion durable des ressources
Les ressources de la mer doivent être gérées d'une manière propre à garantir leur durabilité. La Norvège travaille actuellement à la préparation d'un plan unifié de gestion des ressources, applicable au secteur situé entre les îles Lofoten et la Mer de Barents, pour évaluer l'impact global des activités humaines sur l'environnement marin. Cette démarche a pour but de parvenir au meilleur équilibre possible entre les différents intérêts commerciaux, afin de préserver un milieu marin riche et exempt de pollution. L'élaboration de ce plan doit s'achever au cours du printemps 2006.

Envoyer cet article à un ami  
Print version

 Photo: Ministère Norvégien des Affaires Etrangères

 Photo: Ministère Norvégien des Affaires Etrangères

Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007