Langue
Histoire

La Seconde guerre mondiale

La neutralité déclarée de la Norvège au moment où se déclenchaient les hostilités de la Seconde guerre mondiale eut fort peu de poids. Le 9 avril 1940, elle fut attaquée par les forces allemandes. Au bout de deux mois de combats intenses, et malgré l'assistance militaire de la Grande-Bretagne et de la France, la Norvège dut se rendre. La famille royale, le gouvernement et certains hauts fonctionnaires du Ministère de la défense et de l'administration civile s'enfuirent pour l'Angleterre, suivant la retraite des troupes alliées. Pendant toute la durée de la guerre, le gouvernement norvégien devait poursuivre son activité en exil.

La principale des ressources mises par les Norvégiens à la disposition des Alliés consistait dans leur flotte marchande. Elle regroupait alors plus de 1000 bâtiments, ce qui représentait un tonnage brut de plus de 4 millions de tonnes. Les unités militaires norvégiennes de tous corps d'armée se reconstituèrent en Grande-Bretagne. Elles prirent part aux campagnes navales dans l'Atlantique, aux opérations qui suivirent l'invasion de l'Europe continentale en 1944, et aux combats aériens au-dessus de la Grande-Bretagne et du Continent. Vers la fin de la guerre, les Suédois autorisèrent les Norvégiens à constituer des unités militaires sur le sol suédois. Certaines de ces forces participèrent aux campagnes contre l'ennemi allemand, après que l'Union soviétique eut attaqué et libéré une petite partie de la Norvège, située au Nord-est du Finnmark, dans l'extrême Nord du pays. Dans la Norvège occupée, la résistance civile s'accrut au fil des années. Des forces militaires secrètes furent également réunies - une menace, aux yeux des Allemands.

La Norvège resta occupée jusqu'à la capitulation de 1945. Au moment de la reddition, les troupes allemandes ne comptaient pas moins de 400 000 hommes sur un territoire où ne vivaient que 4 millions d'habitants. L'occupation s'était traduite par l'exploitation des ressources économiques au profit de l'Allemagne, et les autorités nazies - à une échelle certes moindre que dans de nombreux autres pays occupés - avait exercé, en Norvège également, leur pouvoir de terreur par des exécutions et déportations collectives.

La Libération
Les hommes de la Résistance norvégienne commencèrent à reconquérir des positions occupées par les Nazis dès le 8 mai 1945, peu à peu rejoints par les Alliés et les troupes norvégiennes basées en Grande-Bretagne et en Suède. La transition entre l'Occupation et le passage sous protection alliée se fit en douceur. Le gouvernement en exil revint de Grande-Bretagne, puis ce fut le tour du Roi Haakon, qui fit son entrée dans le port d'Oslo à bord d'un vaisseau britannique, le 7 juin.

Des rescapés norvégiens commencèrent à sortir des camps de concentration. A la fin de la guerre, 92 000 Norvégiens se trouvaient à l'étranger, dont 46 000 en Suède. Outre les occupants allemands, on comptait sur le sol norvégien 141 000 ressortissants d'autres nationalités. La plupart, dont 84 000 Russes, étaient des prisonniers de guerre.

Pendant toute la durée du conflit, les Allemand s'étaient accaparé 40 % du produit national brut de la Norvège. A cette perte économique s'ajoutaient les ravages provoqués par la guerre elle-même. Ceux-ci furent considérables dans le Finnmark. De vastes zones furent détruites par la "politique de la terre brûlée" que les Allemands appliquaient au moment de battre en retraite. Dans d'autres régions, des villes et diverses installations furent bombardées ou délibérément incendiées.

Au total, 10 262 Norvégiens avaient perdu la vie du fait de la guerre elle-même, ou alors qu'ils se trouvaient en captivité. Quant aux incarcérations, elles avaient concerné 40 000 personnes.

Envoyer cet article à un ami  
Print version
Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007