Langue
Histoire

La fin de l'allégeance au Danemark

La bataille de Leipzig, en 1813, infligea à Napoléon une cuisante défaite. Le Royaume de Suède, l'un de ses opposants sur le champ de bataille, venait alors de perdre la Finlande au profit de la Russie, et souhaitait s'octroyer la Norvège, en guise de défense sur sa frontière occidentale. Ses alliés lui avaient ainsi promis la souveraineté sur ce territoire, à titre de rétribution pour sa participation aux hostilités.

La victoire remportée à Leipzig fut suivie de pressions diplomatiques exercées à Copenhague, et d'une attaque militaire contre la double monarchie dano-norvégienne, les troupes alliées s'étant frayé un chemin par la province du Holstein. En janvier 1814, le roi de Danemark, Frédéric VI, capitula, rompit ses liens avec Napoléon et abandonna la Norvège aux rivaux suédois. Ainsi s'acheva une union vieille de 434 années entre la Norvège et le Danemark.

Le traité conclu entre le Danemark et ses opposants comportait des éléments politiques d'importance majeure pour la Norvège. Il stipulait en termes clairs que celle-ci devait retrouver sa place parmi les Etats indépendants, au sein d'une union avec la Suède. La proclamation ultérieure du roi de Suède, Charles XIII, reconnut en effet à la Norvège le statut d'Etat indépendant, avec sa constitution propre, une représentation nationale, un gouvernement particulier et le droit de lever des impôts.

Les Norvégiens ne furent pas d'emblée enthousiasmés à l'idée d'entrer dans une nouvelle union. Le neveu du roi de Danemark, le Prince Christian Frédéric, était à l'époque gouverneur de Norvège. En maintenant l'entente avec son oncle, le gouverneur prépara la voie à la révolte norvégienne, dans le but de faire obstacle au transfert du territoire à la Suède, et probablement aussi, de consolider, une fois de plus, les liens de collaboration entre le Danemark et la Norvège.

L'action du gouverneur conduisit à la convocation d'une assemblée constituante, qui se réunit à Eidsvoll, à quelque 70 km au Nord d'Oslo. C'est en ce lieu que fut adoptée formellement la Constitution norvégienne, le 17 mai 1814. Les membres de l'assemblée nommèrent Christian Frédéric roi de Norvège. Cette date du 17 mai est depuis devenue la fête nationale norvégienne.

Cependant, les vainqueurs de Napoléon n'étaient pas prêts à accepter une quelconque déviation par rapport aux termes du traité. Les Suédois commencèrent par recourir à la pression diplomatique, puis, celle-ci restant sans effet, lancèrent une campagne militaire. Leurs troupes, bien entraînées, eurent tôt fait de réduire les Norvégiens. En août, un accord fut signé à Moss, au Sud d'Oslo. Les Suédois acceptaient la Constitution votée à Eidsvoll, sous une forme amendée en vue de l'union entre les deux royaumes. Christian Frédéric renonça, le 10 octobre 1814, au pouvoir royal qui venait de lui être confié, et quitta le pays. La Norvège entrait ainsi dans une nouvelle union.

Envoyer cet article à un ami  
Print version

The Eidsvoll BuildingPhoto: Johan Berge/ UD-Photo

Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007