Langue
Culture

La musique contemporaine

Le père de la musique contemporaine norvégienne atonale est Fartein Valen (1887-1952). Valen était un homme aux talents multiples, parlant douze langues, qui s’entourait d’un monde sonore subtil et mystérieux, impénétrable à ses contemporains. Bien qu’il eût étudié à Berlin, il considérait l’étude qu’il avait effectuée par lui-même du contrepoint chez Jean-Sébastien Bach comme le facteur déterminant de sa propre évolution. Sa volonté de création d’un type de polyphonie fondé sur la dissonance déboucha sur un système à 12 sons qu'il mit au point parallèlement au travail dodécaphonique réalisé par Arnold Schönberg, mais indépendamment de lui.
De nos jours, la communauté des musiciens qui travaillent dans le domaine de la musique contemporaine prend une part active à la vie musicale du pays. La section norvégienne de la Société internationale pour la musique contemporaine, dénommée Ny Musikk ("musique nouvelle") joue ici un rôle déterminant. Cette association fut fondée en 1938 par la compositrice Pauline Hall (1890-1969), à  son retour d'un séjour à Paris où s’était éveillé son intérêt pour l'exploration des nouvelles tendances. Aujourd’hui, l’association entretient un réseau national de musique contemporaine, qui promeut et encourage l’évolution de nouveaux compositeurs et exécutants dont l'activité est essentiellement consacrée à ce type de musique.

Il est de tradition que les compositeurs norvégiens oeuvrent eux-même à la promotion de leur travail. Ils ont lutté pour obtenir sa reconnaissance aussi bien sur le plan national, que dans le cadre des pays nordiques et à l’échelle internationale, par le biais d’associations de protection des droits d’auteurs et de la création. Au fil des ans, bon nombre des compositeurs les plus en vue ont présidé Ny Musikk. Après Pauline Hall, qui est considérée comme l’un des rares représentants du courant musical impressionniste en Norvège, ce fut Finn Mortensen (1890-1969), avocat de la musique sérielle, suivi d’Arne Nordheim, figure de proue de la musique électronique. On compte également au nombre des anciens présidents de l’association Kåre Kolberg, John Persen et Åse Hedstrøm, compositeurs tous très respectés. Persen et Hedstrøm ont l’un et l’autre dirigé le principal festival de musique contemporaine de Norvège, le Festival Ultima, qui se déroule à Oslo.

Parmi les compositeurs actuels, une place particulière revient à Arne Nordheim (né en 1931). Logé près du Palais royal d'Oslo, dans la résidence honorifique du gouvernement norvégien, appelée Grotten, Arne Nordheim s’est vu accorder ce privilège à vie comme ce fut avant lui le cas d’autres artistes de premier plan. Certains de ses collègues jouissent eux aussi d’une renommée internationale, notamment Antonio Bibalo, né en Italie, et Edvard Hagerup Bull. La génération de compositeurs suivante compte dans ses rangs Olav Anton Thommessen et Lasse Thoresen, qui poursuivent tous deux leurs carrières de compositeurs parallèlement à une activité d’enseignement de la composition à l'Académie Norvégienne de Musique, dont ils sont des membres influents, ainsi que Cecilie Ore, Rolf Wallin et Asbjørn Schaathun. Citons enfin au nombre des plus jeunes Jon Øyvind Ness, Eivind Buene et Maja Ratkje et Lars Petter Hagen.

Envoyer cet article à un ami  
Print version

Fartein ValenPhoto: Norsk Musikkinformasjon

Arne NordheimPhoto: Norsk Musikkinformasjon

Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007