Langue
Faits

Une économie mixte

L'économie norvégienne est généralement qualifiée d'économie mixte - terme par lequel il convient d'entendre une économie de marché de type capitaliste, où l'influence exercée par l'Etat est un élément important et clairement identifiable.

Tout comme dans le reste de l'Europe de l’Ouest, le développement de la majeure partie des activités économiques s'est inscrit dans le contexte de l’entreprise privée. Toutefois, certaines de ces activités appartiennent à l'Etat, qui en assure la gestion. L'existence d'entreprises nationales et la régulation du secteur privé par l'Etat permettent de définir le système norvégien comme un mélange d'économie de marché et d'économie planifiée. L'intervention de l'Etat se traduit par l'imposition, les taxes et les subventions. Elle apparaît également de façon évidente dans les procédures d'attribution des autorisations d'activité et dans la régulation d'aspects divers, tels que l'environnement de travail, les obligations comptables, la lutte contre la pollution et les exigences applicables aux produits. Au cours des années 1990, la part de l'Etat dans la propriété des entreprises industrielles a évolué, tendant à se limiter à des investissements d'ordre purement financier.

Le secteur industriel relève pour l'essentiel de la propriété privée, mais l'Etat est l'actionnaire principal de quelques-unes des entreprises les plus importantes du pays, notamment Statoil et Norsk Hydro. Statoil (la compagnie pétrolière d'Etat) occupe une place dominante dans l'activité norvégienne d'extraction pétrolière sous-marine, ainsi que dans le domaine des industries pétrochimiques, du raffinage et du marketing des produits pétroliers. L'agriculture et la pêche sont aux mains d'acteurs privés, à l'exception des quelque 10% des forêts exploitées dont l'Etat est propriétaire.

Dans le secteur bancaire, il existe des banques d'Etat destinées à financer les principales activités économiques (agriculture, pêche, industrie lourde), les communes, le développement régional, ainsi que les projets dans les domaines du logement et de l'éducation. L'Etat a joué un rôle important en tant que propriétaire des usines de production hydroélectriques et des centrales électriques. Bien qu'il détienne le monopole des chemins de fer et des services postaux, ces sociétés nationales se sont vu accorder une liberté croissante, ce qui a, en retour, pour effet de les exposer de plus en plus à la concurrence d'autres acteurs.

L'implication de l'Etat dans l'activité économique norvégienne tend progressivement à décroître, parallèlement aux processus de déréglementation et de privatisation qui ont actuellement cours à l'échelle du monde industrialisé.

Envoyer cet article à un ami  
Print version

Photo: Statkraft

Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007