Langue
Faits

La presse écrite

Le monde de la presse norvégienne est largement dominé par trois grands groupes actifs dans le secteur des médias. Schibsted, le plus important, est propriétaire du quotidien tabloïde Verdens Gang et du journal de format classique Aftenposten. Le deuxième est le groupe industriel Orkla et le troisième A-pressen, ancien organe de presse coopératif du mouvement travailliste. Certains des journaux les plus importants, par exemple les quotidiens nationaux de petit format Dagbladet et Verdens Gang, ont acquis des droits dans des journaux locaux de moindre envergure.

En Norvège, le nombre des journaux qui ont fait faillite par le passé est beaucoup moins élevé que dans beaucoup d'autres pays occidentaux. Ce taux d'échec faible est en partie dû au fait que l'Etat, depuis 1969, soutient les publications de presse dont les bases financières sont précaires. Ces aides sont attribuées selon des critères prédéfinis, et visent à garantir l'expression de points de vue politiques aussi nombreux que possible dans les journaux nationaux. Peuvent également en bénéficier, certains journaux locaux à faible tirage et journaux "de second rang", dans les zones géographiques où aucun titre n'exerce encore de monopole.

La première gazette de Norvège remonte à 1763. Le premier journal moderne fut publié en 1815, et les journaux locaux commencèrent à apparaître dans les années 1830. Vers la fin du XIXième siècle, alors que le télégraphe et le téléphone rendaient beaucoup plus aisée la circulation des nouvelles, l'apparition de la rotative transforma le journal en un média bon marché à la portée des masses populaires. Le quotidien Aftenposten lança les reportages fondés sur des enquêtes, révolutionnant ce faisant le journalisme norvégien.

La plupart des journaux sont à l'origine des créations de partis politiques, dont Venstre (le parti libéral norvégien) et Høyre (le parti conservateur norvégien), suivis par le mouvement travailliste. Au cours des années 1960, cette presse émanant de partis politiques est progressivement passée aux mains de sociétés commerciales. Les conditions qui président à la fondation d'un journal sont désormais plus rudes. Au moment de l'introduction de la publicité sur les ondes publiques, dans les années 1980, les journaux ont dû entrer en concurrence avec la télévision et la radio pour conserver leur implantation sur le marché publicitaire. La nécessité d'une adaptation au marché se traduit également dans l'évolution du format des journaux, bon nombre ayant abandonné leurs dimensions classiques pour passer au format tabloïde. Les techniques nouvelles ont conduit à une utilisation croissante de la photo, des illustrations de divers types, de la couleur et autres procédés typographiques. Le journalisme de la presse quotidienne s'est rapproché, dans sa substance, de la télévision et des publications hebdomadaires, mettant davantage l'accent sur les personnalités individuelles et les sujets d'audience plus populaire. Trois nouveaux types de journaux ont vu le jour dans les années 1990 : la presse du dimanche, les journaux gratuits et les journaux sur Internet.

Il existe en Norvège une grande variété d'hebdomadaires. Depuis 1990, cette catégorie de presse comprend essentiellement les magazines populaires familiaux, les magazines féminins et revues consacrées à des sujets pratiques, ainsi que la presse dédiée à la vie des célébrités. Depuis les années 1980, c'est à un magazine de ce type, Se og Hør (Ecoute et vois) que revient la palme du plus fort tirage de Norvège. Au cours des dernières décennies, la presse hebdomadaire a consacré une part croissante de ses publications à des sujets tels que la voiture, le bateau, l'informatique, les voyages et les loisirs.

Outre la presse quotidienne et hebdomadaire, il existe en Norvège un nombre important de revues spécialisées publiées par les syndicats et associations, ainsi qu'une gamme importante de publications périodiques universitaires.

Envoyer cet article à un ami  
Print version
Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007