Langue
Enseignement et recherche

Le Fonds national pour la recherche et l’innovation

L’État norvégien s’est doté, en 1999, d’un Fonds national pour la recherche et l’innovation conçu pour assurer un financement public plus stable des activités de recherche menées en Norvège. Les moyens financiers dont il est constitué ont été obtenus par le biais d’une vente d’actions de l’État. Le capital du Fonds, pour l'année 2005, s’élevait à environ 36 milliards de couronnes. Des retours sur investissements sont utilisés pour soutenir les priorités définies au niveau structurel (l'internationalisation de la recherche, l'accent mis sur la recherche fondamentale et l'innovation technologique) et certains aspects, s’inscrivant dans le long terme, des domaines thématiques de recherche qu'il s'agit de favoriser (voir ci-dessous). Les moyens dont dispose le Fonds seront également utilisés pour mettre en oeuvre de nouvelles mesures destinées à rehausser la qualité des activités de recherche menées en Norvège.

L’énergie et l’environnement
La Norvège est un pays où la création de richesse est importante, et qui occupe une position forte, au plan international, dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l'hydroélectricité. Elle se classe au rang de troisième nation exportatrice de pétrole, le secteur pétrolier étant le premier du pays en termes de rapport économique. Le savoir-faire norvégien en matière d'hydroélectricité est considéré comme le meilleur au monde. La Norvège se place également aux avant-postes pour la production de gaz associée à la capture de CO2, pour l'utilisation de l'hydrogène comme vecteur énergétique, ainsi que pour certains types d'énergies renouvelables. Le pays dispose d'excellents instituts de recherche en environnement, ce qui lui permet d'attirer les chercheurs étrangers spécialisés dans les domaines de l'énergie et de l'écologie. Les travaux qui y sont effectués portent aussi bien sur les besoins en matière de production énergétique, y compris les activités liées à l'extraction du pétrole, que sur la protection de l'environnement. Autrement dit, ces recherches se proposent à la fois d'accroître l'intérêt des sources d'énergie existantes, et de mettre sur pied les connaissances nécessaires au développement de nouveaux systèmes d'exploitation de l'énergie, plus sains du point de vue de l'environnement, y compris les méthodes et les technologies qui pourront permettre d'obtenir une meilleure efficacité énergétique. La production pétrolière, la climatologie, le développement des systèmes énergétiques durables, l'extraction de gaz associée à la capture du CO2 et l'utilisation de l'hydrogène comme vecteur d'énergie font partie des domaines sur lesquels se penchent ces recherches. Il existe également un besoin pour ce qui est de la connaissance des marchés de l'énergie, des politiques de préservation du climat et autres paramètres à caractère sociétal qui ont une incidence sur le développement et l'utilisation des diverses formes d'énergie. Ces efforts de recherche font appel aux technologies de l'information et de la communication, ainsi qu'aux nanotechnologies.

Le secteur alimentaire
La Norvège est l'un des plus importants exportateurs mondiaux des produits issus de la mer. Les industries de l'alimentation constituent le premier pôle économique du pays par le nombre de salariés qu'il emploie. La production, la distribution et la vente de produits alimentaires, secteur dans lequel entrent le commerce de détail, l'hôtellerie et la restauration, représentent une part essentielle de l'activité économique norvégienne. Cependant, des connaissances nouvelles relevant de plusieurs champs disciplinaires sont nécessaires pour que la production alimentaire puisse livrer son potentiel maximal. La recherche a été l'un des principaux moteurs du développement de l'aquaculture, telle qu'elle se présente aujourd'hui, et des efforts supplémentaires seront nécessaires pour assurer la pérennité de ces ressources. Dans le domaine agricole, la Norvège dispose d'un certain nombre d'avantages qui demandent à être mieux mis à profit, par exemple par le biais de la recherche en matière d'élevage, et au moyen des registres nationaux de la santé animale. Il existe d'importants potentiels inexploités pour ce qui est des possibles synergies entre les productions alimentaires d'origine marine et agricole. Une démarche de recherche conjuguant ces deux volets permettra d'obtenir de tels effets, pour le bénéfice commun de l'aquaculture, de l'agriculture et de l'industrie alimentaire. Outre ces travaux relatifs à la production alimentaire elle-même, les efforts de recherche devront porter sur l'amélioration qualitative, la vente et l'exportation des produits, la sécurité alimentaire, les technologies de l'information et de la communication et les nanotechnologies, les politiques commerciales et les conditions qui président, sur le plan international, au fonctionnement du secteur économique alimentaire.

La mer
La Norvège bénéficie sur ce sujet d'avantages significatifs, en raison de sa situation géographique, de ses traditions et de ses institutions scientifiques. Les zones côtières et marines que compte le territoire national hébergent des richesses naturelles de grande valeur, offrant des opportunités réelles en termes économiques. Une meilleure connaissance des écosystèmes marins, ainsi que des interférences humaines qu'ils sont aptes à tolérer, s'avère nécessaire à une gestion durable des ressources marines. Outre ses atouts dans les domaines du pétrole, du gaz, de la pêche et de l'aquaculture, la Norvège occupe une position forte à l'échelle internationale par son activité maritime, qui représente presque la moitié des exportations de services. Ce secteur économique qui s'appuie sur la connaissance nécessitera dans l'avenir des efforts de recherche accrus, dans différents domaines allant des sciences de la matière jusqu'aux solutions techniques de pointe en informatique et communication. Les travaux effectués sur le milieu marin engloberont l'utilisation, la surveillance, la gestion et la recherche de ressources et de possibilités nouvelles, ainsi que l'étude du climat et des zones matines proprement dites. Ce dernier objet de recherche sera pertinent pour la région Nord d'une façon générale, et plus particulièrement pour l'archipel du Svalbard, dont l'importance en tant que plate-forme de recherche tend à s'accroître.

La santé
La Norvège dispose à la fois d'un certain nombre d'avantages structurels, et d'organismes de recherche efficaces en matière de santé. L'existence de registres sanitaires de qualité et d'études basées sur de larges tranches de population a fait de ce pays l'un des leaders dans les domaines de la santé publique et des analyses de risques et de causalités. On y compte d'excellents instituts de recherche spécialisés dans la technologie médicale, la neurobiologie, la lutte contre le cancer et la médecine préventive. Des services de santé publique de bon niveau fournissent en outre un cadre favorable aux recherches sur le plan clinique. La compétence dans ce domaine est vitale pour l'application de thérapeutiques de pointe. Par ailleurs, un service sanitaire efficace nécessite des recherches sur l'économie et l'organisation de la santé. La Norvège apporte également sa pierre à des actions médicales et de recherche menées à l'échelle du monde, l'accent étant mis en particulier sur les maladies qui affectent les pays en voie de développement. Ces efforts seront renforcés de manière significative dans les années à venir. Enfin, la recherche médicale est appelée à s'intéresser tout spécialement à l'état de santé des groupes de population minoritaires.

Envoyer cet article à un ami  
Print version

Photo: NTNU Info/Rune Petter Ness

Photo: NTNU Info/G.K.

Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007