Langue
Culture

Les scènes théâtrales

Le théâtre est en Norvège une forme d’art relativement récente. Le théâtre le plus ancien, Den Nationale Scene de Bergen, fut créé en 1850, tandis que le premier théâtre national, le Nationaltheatret d’Oslo, n’ouvrit ses portes que 50 ans plus tard, en 1899. Ce retard s'explique en partie, dans la mesure où le théâtre est un art urbain et où la Norvège n’a jamais compté qu’un nombre réduit de grandes villes. Cependant, d’autres théâtres ont vu progressivement le jour, tout d’abord à Trondheim et Stavanger, puis, à partir des années 1970, sur la majeure partie du territoire norvégien.

Entre 1970 et 1980, l’État et différentes régions ont oeuvré de concert à la création de cinq centres régionaux d’art dramatique : la Norvège compte aujourd’hui 17 théâtres bénéficiant de fonds publics. Nationaltheatret (le Théâtre National), Det Norske Teatret (le Théâtre de Norvège), Den Norske Opera (l’Opéra de Norvège), Riksteatret (le Théâtre National Itinérant) et Den Nationale Scene (la Scène Nationale) de Bergen sont entièrement financés par l’État, tandis que d’autres théâtres sont co-financés par l’État et la région. La Ville d’Oslo est en outre responsable de Oslo Nye Teater (Nouveau Théâtre d’Oslo), ainsi que de deux scènes plus modestes, à caractère plus expérimental, le Black Box Teater et Det Åpne Teater (le Théâtre Ouvert). Le Beaivvás Sámi Teáhter (Theâtre National Lapon), auparavant financé par l’État, est désormais placé sous les auspices du Sámediggi (le Parlement lapon).

L’ensemble des sommes publiques allouées aux arts du spectacle se monte en Norvège à plus d'1 milliard de couronnes (soit environ 112,8 millions d’euros). La majeure partie de ces subventions est répartie par le biais du Ministère des Affaires Culturelles et Ecclésiastiques. Le reste fait l’objet d’une répartition au niveau régional. Ceci signifie que seul un tiers du budget total des affaires culturelles est affecté aux arts du spectacle.

Les scènes privées, très peu nombreuses en Norvège, présentent essentiellement des spectacles comiques et des comédies musicales.

Environ 1,5 millions de spectateurs fréquentent les théâtres professionnels chaque année. Les oeuvres d’Henrik Ibsen détiennent naturellement une place très particulière dans le répertoire des théâtres, et chaque nouvelle pièce du dramaturge Jon Fosse est un événement attendu. Mais le théâtre norvégien se tourne aussi vers l’étranger, et présente régulièrement des mises en scènes d’auteurs classiques comme Euripide, Shakespeare, Tchekhov, Strindberg, Molière, de dramaturges récents comme Tennessee Williams, Arthur Miller, Samuel Beckett, Bertolt Brecht et Edward Albee, et d’écrivains contemporains comme Sarah Kane, Marius von Mayenburg, Martin McDonagh et Lars Norén.

Les acteurs et metteurs en scène norvégiens ont longtemps été enclins à chercher leur inspiration du côté de la Grande-Bretagne et des États-Unis, plutôt que de l’Allemagne, la France, l’Italie ou l’Espagne, mais cette habitude tend à changer. L’émergence d’une nouvelle génération de directeurs artistiques a pour conséquence d’orienter de plus en plus les regards vers l’Europe, tandis que des personnalités éminentes de théâtres étrangers cherchent plus souvent à investir les scènes norvégiennes. Deux des théâtres les plus importants, Det Norske Teatret et Den Nationale Scene ont adhéré à la Convention Européenne du Théâtre, tandis que le centre régional d’art dramatique baptisé Teatret Vårt (Notre Théâtre) et implanté sur la côte Ouest, est un membre actif du Magic-Net, un forum de rencontre européen destiné aux théâtres comme aux éducateurs, professeurs, metteurs en scène, acteurs, et aux adolescents.

Envoyer cet article à un ami  
Print version

"Festen"Photo: Knut Bry

"Juleevangeliet - Miriams beretning"Photo: Kjartan Bjelland

Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007