Langue
Culture

La musique folklorique norvégienne

Contrairement à bien d’autres pays d’Europe, la Norvège a gardé vivace sa tradition de musique folklorique, qui s’est transmise de façon continue d’une génération à l’autre, et n’a donc pas nécessité que l’on oeuvre à sa renaissance. Cependant, les cadres dans lesquels s’inscrit ce type d’activité musicale ont évolué au fil du temps. Au cours des 10 à 15 dernières années, le niveau des exécutants s’est rehaussé. La communauté actuelle des artistes spécialisés en musique folklorique compte désormais bon nombre d’excellents musiciens.

La musique folklorique norvégienne, qu’elle soit vocale ou instrumentale, est en général exécutée en solo. La musique instrumentale fait le plus couramment appel au violon ordinaire, ou au haringfela, violon d’un type spécifique originaire de la région du fjord Hardanger et considéré comme l’instrument national de la Norvège. Il s’agit d’un instrument comportant quatre ou cinq cordes sympathiques (qui entrent en résonance avec les cordes frottées par l’archet). Orné de décors exubérants, il présente une construction quelque peu différente de celle d’un violon ordinaire. La question de savoir si le violon du Hardanger est né du violon classique, ou d’autres instruments à cordes médiévaux divise les experts. Parmi les autres instruments traditionnels utilisés dans la musique folklorique norvégienne, on compte la guimbarde (munnharpe), différentes flûtes, la corne de bélier (bukkehorn), la trompe de bois (lur) et la cithare norvégienne (langeleik). Certains de ces instruments ont une origine très ancienne. Si une part du répertoire de la musique folklorique est également très ancienne, une autre part, plus importante, remonte au XIXième siècle. Le répertoire instrumental se répartit ordinairement entre les types de musique à danser traditionnels les plus récents, influencés par la tradition d'Europe centrale (gammeldans), tels que les valses, les reinlender et les polkas, et les autres danses, plus anciennes (bygdedans) telles que les springar, gangar et lyarslått (connus dans le monde du folklore sous leurs noms norvégiens). L’utilisation de cordes de résonance, avec le violon du Hardanger, combinée à la variété des diapasons confère à cette musique une riche diversité d’harmonies tonales. De nombreux compositeurs norvégiens y ont puisé leur inspiration, à commencer par Edvard Grieg.

Deux concours nationaux sont organisés chaque année. Le Festival National de Danse Folklorique est un concours de gammeldans, tandis que le Concours National de Musique Traditionnelle couvre la musique jouée au violon et chantée destinée à accompagner les bygdedans, plus anciennes, la danse elle-même et la maîtrise des instruments folkloriques anciens. D’autres événements majeurs dans ce domaine attirent musiciens et auditeurs : le Festival de Musique de Førde, le Festival International de Musique Folklorique du Telemark, qui a pour théâtre le village de Bø, et le Festival Jørn Hilme de Valdres.

Parmi les musiciens les plus appréciés, on compte Knut Buen, Hallvard T. Bjørgum et Annbjørg Lien, qui jouent du violon du Hardanger, Susanne Lundeng, violoniste, et les chanteurs Agnes Buen Garnås, Kirsten Bråten Berg, Odd Nordstoga et Øyonn Groven Myhren. Les groupes les plus populaires ont pour noms Majorstuen, Kvarts, Tindra, Dvergmål et Utla.

Envoyer cet article à un ami  
Print version

Håkon HogemoPhoto: www.nfd.no

Øyonn Groven MyhrenPhoto: www.nfd.no

Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007