Langue
Culture

Le Patrimoine mondial de l’UNESCO

La liste du Patrimoine mondial dressée par l’UNESCO répertorie des sites ou des monuments qui représentent un élément irremplaçable du patrimoine culturel ou naturel mondial. La Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel a été instaurée en 1972, pour fournir une protection particulière aux lieux méritant d’être préservés, au titre de leur valeur universelle, comme faisant partie du patrimoine mondial que nous lèguerons aux générations futures. La Norvège, qui a ratifié cette convention en 1977, compte sept sites répertoriés sur cette liste.

Le Quai Hanséatique (Bryggen) de Bergen
À la fin du Moyen Âge, le Quai Hanséatique de Bergen (appelé en norvégien Bryggen, le Quai) était le centre d’une intense activité commerciale internationale. Les rangées caractéristiques de façades, disposées parallèlement, pignon face à la mer, sont le témoin d’un style architectural qui a survécu depuis près de 900 ans. Les propriétés du Quai Hanséatique étaient composées d’une ou deux longue(s) série(s) de maisons disposant d’un passage commun. Il s’agissait à la fois de maisons d’habitation et d’entrepôts. Chaque propriété comportait en propre une surface de quai, un magasin et une potence de levage. Ce n’est qu’au début du XXième siècle que cessa le mode d'utilisation traditionnel du Quai. Les changements intervenus dans les relations commerciales, ainsi que l’avènement de nouveaux moyens de communication avaient mis fin à un mode de vie qui perdurait depuis 700 à 800 ans.

La ville minière de Røros
La configuration de la ville reflète la double activité sur laquelle s'appuyait l'existence de la communauté locale : l’agriculture et l’extraction minière. L’exploitation des mines de Røros commença en 1644. Elles demeurèrent en service de façon continue jusqu'à 1977. La colonie de peuplement s’accrut autour de la rivière Hitterelva, qui fournissait l’énergie nécessaire aux mines de cuivre. La majeure partie de la ville brûla en 1678, puis de nouveau en 1679. Lors de sa reconstruction, les concepteurs conservèrent le quadrillage régulier que dessinaient les rues depuis la Renaissance. La zone d’habitat de Røros se développa lentement et sans péripéties dramatiques supplémentaires. Ses constructions illustrent le développement architectural entre 1700 et l’époque moderne.

Les gravures rupestres d’Alta
Les sites d’Alta renferment une collection importante de gravures qui permettent aux visiteurs d'imaginer le mode de vie et la conception du monde caractéristiques des hommes qui vivaient en ces lieux, il y a plus de 6 000 ans. Les premières gravures rupestres découvertes dans cette zone le furent accidentellement par un passant, en 1973. Depuis lors, quelques 3 000 gravures ont été découvertes sur cinq sites différents. Ces oeuvres descriptives ont été produites sur une longue période. Les dessins les plus anciens ont été inscrits dans le roc il y a plus de 6 200 ans, tandis que les plus récents remontent à 2 500 ans.

L’église en bois debout d’Urnes
L’église en bois debout d’Urnes occupe une place unique parmi les 28 églises de ce type conservées en Norvège, et ce tant par son architecture que pour l’histoire du style qui la caractérise. Construite durant la seconde moitié du XIIième siècle pour servir de chapelle privée à une riche famille d’Urnes, elle est l’une des églises en bois debout norvégiennes les plus anciennes et les mieux préservées. La finesse de ses sculptures sur bois témoigne de l’adresse de ses bâtisseurs, et ses décorations intérieures sont d'une richesse exceptionnelle. Ceux-ci étaient parfaitement au courant des tendances que traversait l'architecture de leur époque dans le reste du monde, et surent les transposer de la pierre au bois.

L'archipel de Vega
L'archipel de Vega, qui s'égrène au long de la côte du Helgeland, comprend 1037 km² de paysages culturels ouverts constitués d'une myriade d'îles, îlots et récifs rocheux entre lesquels les hommes exercent depuis dix mille ans des activités de pêche et de chasse. Les îles s'étant peu à peu dépouillées de leurs colonies d'habitation, un paysage spécifique a vu le jour à la lisière entre le domaine de vie des paysans-pêcheurs et l'environnement naturel, inhospitalier mais d'une beauté saisissante.

Les fjords de l'Ouest
Le site de la côte Ouest de Norvège qui a fait l'objet d'une inscription au patrimoine mondial s'étend entre le fjord Geiranger et celui de Nærøy, deux exemples remarquables du paysage de fjord tel qu'il se définit de façon classique, l'un est l'autre d'une spectaculaire beauté. L'impact de l'activité humaine sur ces espaces naturels est négligeable, fort peu d'infrastructures techniques ayant été érigées en dehors des zones d'habitation. Paysages de fjords vierges les plus vastes de Norvège, ils sont aussi considérés comme faisant partie des plus grandioses au monde.

L'Arc géodésique de Struve
L'Arc géodésique de Struve est né de la première des études scientifiques à grande échelle menée en Europe, sous la houlette de Friedrich Georg Wilhelm Struve, entre 1816 et 1852. Il est unique en son genre par son extension comme par sa qualité, et représente un accomplissement capital dans l'histoire de la science géodésique.
Le site inscrit au patrimoine mondial comprend 34 points de mesure situés dans les dix pays que traverse l'arc : La Norvège, la Suède, la Finlande, la Russie, l'Estonie, la Lettonie, la Lithuanie, la Biélorussie, la Moldavie et l'Ukraine.

Envoyer cet article à un ami  
Print version

Le Quai Hanséatique (Bryggen) de BergenPhoto: Arve Kjersheim

La ville minière de RørosPhoto: Arve Kjersheim

Les gravures rupestres d´AltaPhoto: Arve Kjersheim

Norvège - le site officiel pour la Rèpublique Algeriénne / Ecrire à l'Ambassade / Contact information
© 2003/2007