Photo: Daniel Genesee

La Norvège et l'égalité entre les femmes et les hommes

Dernière mise à jour: 25.01.2015 // En 2013, la Norvège célébrait le centenaire du droit de vote pour les femmes. La Norvège est à la pointe pour ce qui est de l'égalité entre les sexes. Dans le classement du Forum Economique Mondial, elle arrive en troisième position depuis la parution du premier Rapport Mondial sur les écarts entre les sexes (Global Gender Gap Report) paru en 2013. Pourtant, il reste beaucoup à faire avant que les femmes et les hommes soient complètement égaux en Norvège.

 

Le chemin vers l’égalité des sexes en Norvège

Les femmes norvégiennes ont obtenu le droit de voter dans les mêmes conditions que les hommes en 1913, après plus de 30 ans de lutte du mouvement des femmes. Après le refus du gouvernement d'accorder aux femmes le droit de vote lors du référendum sur la dissolution de l’Union avec la Suède en 1905, plus de 280 000 signatures avaient été recueillies par le mouvement des femmes.

Les années 70 furent une décennie de construction institutionnelle dans la politique norvégienne d’égalité entre les sexes. La première loi norvégienne sur l'égalité des sexes est entrée en vigueur en 1979, un an après la création du ministère de la Famille et de l'Egalité des sexes au sein du ministère de l'Administration et de la Consommation.

La Norvège a ratifié la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l'égard des femmes en 1981.

 

L'égalité au gouvernement

Le gouvernement norvégien est composé de neuf femmes et neuf hommes. Photo: Thomas Haugersveen/Statsministerens kontor
 

Dans le gouvernement élu en Norvège en septembre 2013, les postes de Premier ministre et de ministre des Finances sont occupés par des femmes, lesquelles sont aussi respectivement chef du parti conservateur et chef du parti du progrès, qui forment la coalition gouvernementale. Erna Solberg (droite) est la deuxième femme à devenir Premier ministre de la Norvège, après Gro Harlem Brundtland (travailliste) qui a été élue pour la première fois en 1981. Au total, le gouvernement est composé désormais de 9 femmes et 9 hommes. Après l'élection de 2013, les femmes représentent 39,6 % des parlementaires siégeant au Storting, ce qui est la même proportion que pour l'élection précédente en 2009. La majorité des partis politiques et plusieurs grandes organisations ont aujourd'hui mis en place des règles de représentation, de façon interne, et composé leurs propres listes de candidats. 

 

La loi sur l'égalité des sexes et la politique familiale en Norvège

La loi promeut l'égalité entre les sexes et assure une protection contre la discrimination fondée sur le sexe. Les mêmes chances en matière d'éducation, d'emploi, pour pouvoir se développer sur les plans culturel et professionnel, doivent être données aux femmes et aux hommes. Les femmes et les hommes sont protégés par la loi, même si celle-ci vise plus particulièrement à améliorer la position des femmes.

La loi enjoint les employeurs et les pouvoirs publics à s'engager activement pour l'égalité des sexes. Le Médiateur pour l’Égalité et la Non-Discrimination (LDO) supervise la loi et veille à ce qu’elle soit appliquée, notamment en traitant les plaintes pour violation de la loi et en dispensant des conseils juridiques. Les déclarations du LDO peuvent être contestées devant la Commission pour l’Egalité et la Non-Discrimination (LDN), qui peut prendre des décisions contraignantes.

Les allocations familiales doivent garantir le revenu des parents lors du congé parental, et aidera, jusqu’au 18ème anniversaire de chaque l’enfant, à couvrir les coûts qui sont liés au rôle parental.  Le montant ordinaire est fixé à 970 NOK par enfant par mois (environ 117 euros). Les parents se partagent un congé parental de 49 semaines (ou 59 semaines à 80 % du salaire). Après la première année, l’enfant a droit à une place au jardin d'enfants ou bien la famille reçoit un soutien financier. Les trois semaines avant et les six semaines après la naissance sont réservées à la mère, pour des raisons évidentes de santé. Après la naissance, 14 semaines sont réservées pour chacun des parents - quotas maternel et paternel. Au-delà des 14 semaines, les parents peuvent se répartir librement entre eux la période d’allocations familiales. La loi relative à la sécurité et aux conditions de travail (Arbeidsmiljøloven) garantit le droit de prendre des pauses d’allaitement payées (jusqu’à une heure payé par jour) à toute femme ayant un bébé âgé de moins d’un an, et qui travaille sept heures ou plus la journée. La loi est entrée en vigueur le 1er janvier 2014.

 

Les quotas par sexe dans les conseils d’administration

La loi norvégienne assure l'équilibre dans la représentation des hommes et des femmes dans les conseils d’administration des sociétés anonymes (SA), exigeant que 40 % des deux sexes soient représentés dans ces conseils. Les entreprises qui ne satisfont pas à cette exigence se verront refuser l’enregistrement auprès de l’administration centrale (Brønnøysundregistrene). En outre, ladite administration (Brønnøysundregistrene) les assignera devant les tribunaux pour exiger leur liquidation. L'exigence de 40 % de femmes dans les conseils d’administration concerne également les entreprises à capitaux entièrement publics (entreprises d’Etat), les entreprises intercommunales, les grands regroupements d’entreprises et les grandes SA qui appartiennent pour plus des deux tiers aux communes. Ces quotas firent l’objet de vifs débats lorsqu’ils ont été adoptés, tandis qu’aujourd'hui, les choses sont apaisées. Ces règles relatives aux quotas dans les conseils d'administration des SA ont suscité un grand intérêt sur le plan international. La France est l’un des pays ayant introduit des exigences semblables, inspirées par la réglementation norvégienne.

On peut affirmer que la loi a eu l'effet escompté : en 2013 en effet, la proportion de femmes dans les SA étaient de 40,5 % contre 7 % avant que la loi n’entre en vigueur en 2003. Dans les SA ordinaires - entreprises plus petites, avec peu de propriétaires, et qui ne sont pas concernées par la loi sur les quotas de genre -, la répartition est néanmoins inégale avec seulement 17,9 % de femmes dans les conseils d'administration (2014). Bien que les femmes représentent près de la moitié de tous les salariés en Norvège, deux dirigeants sur trois sont des hommes. Il y a encore moins de femmes parmi les dirigeants de haut niveau : 15,4% des directeurs généraux de SA sont des femmes, tandis que le chiffre tombe à 6,4 % pour les entreprises cotées en bourse (2014). Aujourd’hui, le salaire mensuel moyen d’une femme est à 85,8 % de celui d’un homme.

 

L’Egalité des sexes en dehors de la Norvège

La Norvège est également un ardent défenseur de l'égalité sur la scène internationale. Toutes les opérations norvégiennes pour la paix et la sécurité à l'étranger doivent ainsi être fidèle à la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité. Pour mettre en œuvre cette résolution, le gouvernement a lancé en 2011 un plan stratégique qui vise à promouvoir l'influence des femmes et leur participation dans les activités de consolidation de la paix, ce plan visant également à renforcer la protection des femmes dans les conflits armés.

L’égalité entre les sexes est primordiale pour pouvoir bénéficier de l’aide économique norvégienne. En novembre 2013, la Norvège a ainsi présenté une nouvelle résolution à l’Assemblée générale de l’ONU, résolution qui concernait tout particulièrement les femmes qui se battent pour la défense des droits humains.

Le gouvernement a lancé un plan d’action pour l’aide économique aux pays en voie de développement ciblant tout particulièrement le domaine du commerce. Dans ce plan d’action, l’égalité constitue l’un des trois domaines prioritaires. Le plan vise à contribuer à ce que l’égalité soit incluse dans les stratégies nationales pour la politique commerciale et dans le dialogue avec les acteurs multilatéraux. Un soutien sera accordé aux efforts spéciaux pour l’égalité des sexes dans les organisations commerciales régionales ainsi qu’aux femmes entrepreneuses et exportatrices.

 

Un camp militaire pour les femmes en Norvège. Photo: Ole Gunnar Henriksen Nordli pour les Forces armées norvégiennes


Bookmark and Share

Le saviez-vous ?

En 2013, le Parlement (Storting) a adopté une décision de principe pour l’établissement d’un service militaire mixte. Cela signifie que le gouvernement doit présenter un projet de loi d’ici à 2014, et qu’en cas d’adoption, les femmes norvégiennes pourront effectuer leur service militaire à égalité avec les hommes à partir de 2015. Depuis 2010, les jeunes filles sont convoquées en session obligatoire l'année de leurs 17 ans ou l’année de leurs 18 ans, session à l’issue de laquelle elles peuvent décider d'accepter de servir dans la défense.