Photo: Petter Foss /MFA Norway

Le niveau de vie

Dernière mise à jour: 09/09/2009 // Au cours des dix dernières années, la Norvège est arrivée plusieurs fois en tête du classement des pays selon l’indice de développement humain défini par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement). La Norvège figure également parmi les pays les plus égalitaires au monde d’après le rapport du Forum économique mondial sur l’inégalité entre les sexes (Global Gender Gap Report).

Les Norvégiens vivent aujourd’hui plus longtemps que jamais. En 2008, les petites filles pouvaient à leur naissance espérer vivre près de 83 ans, contre un peu plus de 78 ans pour les garçons. Dans l’ensemble, la population est en bonne santé, et la mortalité infantile est très faible. Le taux d’alphabétisation est pratiquement de 100% et la quasi-totalité de la population est scolarisée jusqu’à la fin de l’enseignement secondaire. L’extrême pauvreté n’existe pas en Norvège, et la relative pauvreté est faible par rapport aux autres pays de l’OCDE. 

Le PNB par habitant est élevé, et la richesse nationale est répartie de façon relativement égale au sein de la population. L’égalité entre les sexes est une réalité largement répandue à tous les niveaux de la société. La Norvège a mis en place, dans un esprit de protection sociale, des services de santé publique financés par les recettes fiscales et par un système de sécurité sociale, applicable à tous les citoyens et résidents, offrant notamment une pension de vieillesse et des allocations de chômage.

La consommation tant publique que privée a augmenté dans des proportions énormes depuis le début du vingtième siècle. La prospérité des dernières décennies est essentiellement due à la découverte et à l'exploitation de gisements de pétrole et de gaz naturel sous-marins en mer du Nord. Sous la pression croissante de la modernisation et de l’urbanisation, les modèles démographiques qui avaient cours traditionnellement, caractérisés par leur stabilité, ont été remplacés par une tendance de plus en plus perceptible à la mobilité, les Norvégiens changeant plus fréquemment de lieu de vie et d’emploi.


Partager sur le réseau   |   print